Communiqué de presse - Lors de la Journée internationale des droits de l’homme, la présidente rappelle aux Canadiens « même les plus petits gestes font une différence »

8 décembre 2017 - Ottawa, Ontario - Commission canadienne des droits de la personne

Le dimanche 10 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne a fait la déclaration suivante :

Chaque année, lors de la Journée internationale des droits de l’homme, le Canada célèbre l'anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme de1948 – la première fois dans notre histoire que les nations du monde entier se sont réunies pour documenter les droits les plus élémentaires inhérents à tous les êtres humains. « Pourtant, les promesses inscrites dans la déclaration demeurent un vœu pieux pour trop de gens dans le monde, et beaucoup trop ici même au Canada » a déclaré la présidente Marie-Claude Landry.

Cette année, nous reconnaissons d'importants progrès dans le dialogue sur les droits de la personne, y compris l'inclusion, entérinée par le Parlement, de deux nouveaux motifs de discrimination à la Loi canadienne sur les droits de la personne, soit les caractéristiques génétiques et l’identité ou l’expression de genre. Le gouvernement du Canada a récemment présenté des excuses à la communauté LGBTQ2 pour les injustices du passé. Ce geste représente un autre moment important pour les droits de la personne au Canada. Bien qu’il soit de la plus haute importance de faire une pause et de reconnaître les grands progrès que fait le Canada, nous ne pouvons pas marquer cette journée sans prendre un moment pour réfléchir aux nombreuses façons dont les gens au Canada continuent d'être victimes de discrimination et de harcèlement. Au Canada nous avons encore :

  • un système d'immigration qui est détient des enfants de réfugiés comme s'ils étaient des criminels;
  • un régime de protection de l'enfance si complexe qu’il cause plus de tort que de bien aux enfants autochtones;
  • des obstacles persistants à l'accessibilité pour les personnes handicapées, et les répercussions sur leur éducation et leur emploi;
  • un taux de suicide et d’itinérance disproportionné dans les communautés LGBTQ2;
  • des incidents de haine et de harcèlement basés sur la race ou la religion.

Face à ces réalités et à bien d'autres, il est d'autant plus important de reconnaître les personnes courageuses et résilientes de partout au Canada qui continuent de mener par l'exemple dans la lutte pour la justice, ne serait-ce que par des gestes très simples.

« Même les actions les plus simples font une différence : chaque geste de compassion entre étrangers; chaque activité de sensibilisation communautaire qui améliore la compréhension des droits de la personne; chaque organisme de défense des droits qui lance un appel à l'action, chaque voix nous fait progresser », a déclaré Marie-Claude Landry.

-30-

Citations

« Pourtant, les promesses inscrites dans la déclaration demeurent un vœu pieux pour trop de gens dans le monde, et beaucoup trop ici même au Canada. »
Marie-Claude Landry, présidente
Commission canadienne des droits de la personne

« Même les actions les plus simples font une différence : chaque geste de compassion entre étrangers; chaque activité de sensibilisation communautaire qui améliore la compréhension des droits de la personne; chaque organisme de défense des droits qui lance un appel à l'action, chaque voix nous fait progresser. »
Marie-Claude Landry, présidente
Commission canadienne des droits de la personne

Liens connexes

Vidéo de la CCDP : Il ne faut jamais tenir vos droits pour acquis

La Déclaration universelle des droits de l'homme 

Pour rester branché

Suivez-nous sur @DroitPersonneCa et Facebook.

Visionnez nos clips sur YouTube.

Coordonnées pour les médias

Relations avec les médias
613-943-9118
www.chrc-ccdp.gc.ca